English
Chinese
Turkish
Tajik
Kyrgyz
Turkmen
Japanese
Arabic
English
French
Spanish
Русский
German
Ўзбек
Oʻzbek
Қазақ
Les chefs-d'œuvre de l'avant-garde de Turkestan à Paris
11:27 / 2022-10-28

De quoi vous parlent les objets exposés au Musée Savitsky à Paris?

Les collections du Musée Savitsky à Paris vous feront découvrir les relations entre l'Occident et l'Orient.

Le 22 novembre, une Exposition d'œuvres uniques d'art et d'artisanat d'Ouzbékistan créées entre le milieu du XIXe siècle et le début du XXe siècle sera inaugurée à l'Institut du monde arabe à Paris. 

Cette exposition présentera des objets du Musée d'art d'État Savitsky à Nukus. Parmi elles, on trouve des œuvres d'art traditionnel décoratif-appliqué du peuple Karakalpak et des œuvres picturales de peintres ouzbeks du XXe siècle, entrant dans le Fonds d'or de l'avant-garde du Turkestan. 

Les objets de l'exposition ont été sélectionnés conjointement par les employés du musée et leurs homologues français.

Il est à noter que la pièce la plus intéressante est le tobelik, coiffe traditionnelle des femmes karakalpak aux XVIIe-XVIIIe siècles. Le Tobelik a une forme cylindrique, assemblée de plaques d'argent avec des inserts de corail et de turquoise. On pense qu'il servait de décoration supplémentaire, une sorte de couronne, qui était posée sur le saukele - la coiffe de mariage. 

On présentera également les Kimecheks. C'est aussi la coiffe nationale des femmes. Le kimechek couvre complètement la tête, tandis que le visage reste ouvert. Il fait penser à une capuche. Une femme mariée portait un kimechek de couleur particulière, soulignant ainsi son statut. 

Les arebeks, petits anneaux nasaux, attireraient aussi sans doute l'attention des visiteurs. Ils étaient en or et décorés de boucles en spirale et de petites perles de turquoise et de corail. Les Arebeks étaient portés sur l'aile droite du nez par les jeunes femmes karakalpak, et ces ornements ne se retrouvent nulle part ailleurs sur le territoire de l'Ouzbékistan. Si l'on établit un parallèle, on peut les reconnaître comme une analogie avec les piercings modernes. 

Parmi les toiles sélectionnées figurent des peintures d'Ural Tansykbaev, Viktor Ufimtsev et Nadejda Kachina. Il y a des peintures d'Alexandre Volkov, Alexei Isupov et d'autres. Malgré la manière unique de peindre de chacun d'entre eux, toutes les peintures sont inspirées et unies par un thème - l'Orient et ses couleurs. Par exemple, lorsqu'un visiteur voit "Chaykhana u Khauza pod Karagachami" (Salon de thé sous les ormes au bord de la rivière) de Nikolai Karakhan, il peut immédiatement comprendre comment les gens de cette époque s'habillaient et se reposaient, comment ils vivaient et la nature qui les entourait. 

De plus, le "Motif oriental" de Victor Ufimtsev est fort intéressant. Originaire de Sibérie, le peintre a progressivement acquis l'art traditionnel de l'Islam au fur et à mesure qu'il se familiarisait avec l'Asie centrale. Cette œuvre est une stylisation moderniste libre de la miniature musulmane qui reproduit une scène de fête classique. Elle représente deux femmes se reposant vers lesquelles se dirige un homme avec un pot. En regardant cette peinture, on pourrait penser qu'un observateur occidental apprécierait la haute considération dont jouissent les femmes en Orient.

En général, il convient de noter que l'ensemble de la collection représentée par le Musée Savitsky est appelé à révéler toute la diversité, l'originalité et le charme de la culture orientale et de l'Ouzbékistan en particulier. Et il est très symbolique qu'elle soit exposée à l'Institut du monde arabe  situé dans la célèbre capitale européenne. Cela prouve une fois de plus que l'Occident et l'Orient peuvent parfaitement coexister et s'enrichir mutuellement.