OuzA Français

20.11.2017 18:03

Journée internationale des femmes entrepreneurs célébrée en Ouzbékistan

À Tachkent, une conférence internationale a abordé le sujet du rôle des femmes entrepreneurs dans la croissance économique du pays.

L’Association des femmes d’affaires d’Ouzbékistan Tadbirkor Ayol a organisé une conférence sur le thème « Le rôle et la signifiance de l’entrepreneuriat féminin dans le développement économique de l’Ouzbékistan », en collaboration avec le Comité du Sénat pour les relations internationales, les rapports économiques extérieurs, les investissements étrangers et le tourisme, le Comité de la Chambre législative pour les institutions démocratiques, les organisations non gouvernementales et les organismes d’auto-gouvernance des citoyens, le Comité des Femmes d’Ouzbékistan.

Lors de la conférence, sont intervenus la vice-premier ministre et présidente du Comité des Femmes d’Ouzbékistan Tanzila Narbaeva, la présidente de l’Association des femmes d’affaires Tadbirkor Ayol Gulnara Makhmudova, le président du Comité parlementaire pour les institutions démocratiques, les organisations non-gouvernementales et les organismes d’autogouvernance des citoyens Akmal Saïdov, le directeur de l’Agence des États-Unis pour le développement international pour l’Ouzbékistan Gary Robbins, le coordinateur des projets de l’OSCE en Ouzbékistan John MacGregor et d’autres invités.

La conférence a donné lieu aux discussions sur les questions variées concernant la participation des femmes entrepreneurs aux rapports d’exportations, le soutien de leurs activités relatives à la fabrication des produits pour les exportations, le rôle de l’association dans ce domaine.

Les participants ont proposé de proclamer le 19 novembre comme Journée internationale de l’entrepreneuriat féminin.

La conférence a permis aux experts locaux et étrangers de présenter des rapports sur les sujets de l’entrepreneuriat féminin, de son développement et de son rôle dans l’économie nationale, de l’augmentation de la participation des femmes dans la vie sociale du pays.

Par Sayyora Shoeva. OuzA
11 931